Pourquoi les articulations craquent et nous font mal ?

articulations et douleurs articulaires

Vous ne savez pas quels produits consommer pour atteindre vos objectifs santé ?
Découvrez le en moins d'une minute en réalisant votre diagnostic personalisé.

Plus de 12 millions de Français souffrent d’inconfort articulaire. Et vous ? Plutôt « Aïe ! Quand vous pliez les genoux », « Ouille ! Quand vous vous tournez », ou «  Crac ! Quand vous vous penchez » ? Sachez que vous n’êtes pas seul(e). 1 individu sur 2 interrogés dans le cadre d’un sondage IFOP mené pour l’INSERM déclare avoir mal aux articulations. 93 % de la population française ont déjà été confrontés à ces douleurs à un moment donné de leur vie. Et vous savez quoi ? Près de 4.000 enfants sont atteints de rhumatisme inflammatoire.

Les chiffres parlent d’elles-mêmes, mais les résultats ne surprennent plus grand monde. Clairement, même si les seniors sont les plus vulnérables, la jeunesse ne semble pas non plus épargnée par les gênes articulaires. Que ce soit de manière temporaire ou chronique ; qu’il s’agisse de douleur, de raideur, de gonflement, ou de sensibilité liée au processus naturel de vieillissement ; nous sommes tous concernés. Et c’est bien en connaissance de cause que nous affirmons que l’inconfort articulaire handicape sérieusement nos activités quotidiennes.

Pourquoi faut-il prendre soin de ses articulations ? Pourquoi les articulations font-elles souffrir autant de monde ? Et comment préserver sa santé articulaire ? Suivez le guide.

Le rôle des articulations, c’est quoi exactement ?

Commençons avec une petite piqûre de rappel sur l’anatomie et l’appareil locomoteur. Nos os, articulations, muscles et tendons travaillent en équipe pour que notre corps puisse se mouvoir avec dextérité. Les articulations sont les points de jonction entre deux ou plusieurs os. Elles sont fondamentales à la flexibilité du squelette en permettant une foule de mouvements, allant des plus simples (flexion des genoux ; extension des jambes pour se redresser, du coude pour tendre le bras, ou encore du dos pour se courber…), aux séries de mouvements plus complexes (jumping Jack, lever de poids, squat…).  

Au niveau des jointures du corps humain, les surfaces osseuses qui entrent en contact les unes avec les autres sont recouvertes d’un tissu de revêtement à la fois lisse, souple et résistant appelé cartilages. Les os sont ainsi préservés des frottements et des chocs liés aux mouvements articulaires.

Bref, une articulation fonctionnelle est essentiellement constituée :

  • d’os adjacents et de cartilages, les amortisseurs protecteurs 
  • de liquide synovial, le lubrifiant qui facilite les mouvements
  • de ligaments, les robustes reliant les os entre eux au niveau de l’articulation et qui les gardent bien alignés pendant le mouvement
  • de tendons, les connecteurs et stabilisateurs du mouvement qui sont la force et le point d’attache entre les os et les muscles autour.

Combien d’articulations dans le corps humain ?

Notre corps porte environ 400 jointures. La plupart de ces articulations sont mobiles, mais on distingue des jointures pratiquement immobiles et semi-mobiles.

Voyons cela de plus près. Suivant l’amplitude des mouvements qu’elles peuvent effectuer, nos articulations peuvent être classées en 3 grandes familles :

  • Les synarthroses ou articulations fibreuses sont des structures pratiquement immobiles comme celles qu’on retrouve au niveau des sutures du crâne. Les os sont reliés par un faisceau de tissu conjonctif. Leur rôle ? Assurer une stabilité structurelle en restreignant le mouvement au niveau de l’articulation.
  • Les amphiarthroses ou articulations cartilagineuses offrent, d’un point de vue fonctionnel, une flexibilité limitée. Les os sont rattachés entre eux par de petits ligaments,et séparés par un disque cartilagineux recouvrant les surfaces de frottement afin d’amortir les chocs. Les vertèbres sont un très bon exemple de jointures semi-mobiles.
  • Les diarthroses ou articulations synoviales : sont les plus courantes et les plus élaborées du corps. Ici, les os s’emboîtent les unes dans les autres et sont maintenus ensemble par de ligaments plus longs. Afin de les préserver de l’usure, ils sont entourés du liquide synovial sécrété par la membrane tapissant la capsule articulaire. Les extrémités des os sont recouvertes de cartilage souple et lisse servant d’amortisseur. Ces deux éléments sont essentiels pour permettre des mouvements amples, fluides et sans trop de frictions.

Quelques exemples : Les articulations des épaules, du coude, des poignets, des hanches et des genoux.

Quels sont les causes et les symptômes de l’inconfort articulaire ?

Bien que nos jointures soient une mécanique bien rodée, il arrive qu’au fil du temps ou par moment,  effectuer certains mouvements ne soit plus aussi simple. On a mal aux genoux, au cou, au dos, aux coudes, aux doigts… Nos articulations nous font souffrir ! Ces douleurs articulaires impactent la qualité de vie.

Derrière son apparence résistante, notre capital articulaire est en réalité une structure complexe, mais fragile qu’il est important de ménager et protéger. Toutes nos articulations peuvent être concernées par des inconforts soudains, dont la plupart sont difficilement supportables. Les douleurs articulaires se manifestent de manières différentes et plus ou moins préoccupantes suivant leurs causes sous-jacentes (âge, mode de vie, antécédents médicaux…).

Les douleurs articulaires, quand bouger devient pénible

Outres les éventuelles blessures ou lésions (foulure, entorse…), les articulations douloureuses sont très souvent associées à l’arthrose, une maladie progressive et dégénérative résultant de la dégradation du cartilage articulaire. Vous connaissez ? Reconnue comme première cause de handicap au monde par l’OMS, ce trouble articulaire concerne près de 10 % de la population mondiale tout âge confondu, dont 10 millions de Français. Important, bien que liée au vieillissement articulaire, l’arthrose n’est pas une fatalité, mais une véritable maladie communément appelée chondropathie. Qui sont les plus vulnérables à l’arthrose ? Surtout les personnes âgées, les sportifs et les sédentaires, mais également les individus en surpoids et ceux qui souffrent de diabète, de troubles métaboliques ou de maladies inflammatoires chroniques…

Pourquoi j’ai mal aux articulations ?

L’arthrose peut principalement affecter les genoux, les hanches, les lombaires, les mains, les épaules, les cervicales… ainsi que n’importe quelle autre articulation intensivement sollicitée au quotidien. On parle nécessairement de douleurs mécaniques puisqu’elles sont déclenchées par l’effort et se font ressentir lors du mouvement. Quand le cartilage s’use, il se creuse et devient rugueux. La zone tampon entre les os devient de plus en plus fine générant un pincement articulaire.Des fissures superficielles se forment au niveau du cartilage potentiellement suivi d’excroissances dans les extrémités des os, les ostéophytes aussi connues sous l’appellation « becs de perroquet » en radiologie. Autrement dit, les lésions peuvent aussi entraîner des dommages à l’os sous-chondral (celui qui se trouve en dessous du cartilage).  

Comment reconnaître les symptômes de l’arthrose ?

Lorsque le cartilage n’arrive pas à se régénérer complètent (ou pas du tout), il ne sera plus en mesure d’amortir convenablement les pressions entre les os. Comment cela se manifeste-t-il ? Par une diminution de la dextérité et une sensation de raideur au niveau de l’articulation affectée. Des douleurs sourdes et persistantes, plus intenses au réveil, pouvant s’aggraver à mesure que la maladie progresse. Des craquements dus au frottement des surfaces articulaires usées lors du mouvement. Les pincements articulaires et la présence d’ostéophytes révèlent des stades avancés de l’arthrose.

Ne la confondez pas l’arthrose avec l’arthrite

Aiguë ou chronique, l’arthrite, peut aussi causer des inconforts articulaires. Très fréquente, c’est une condition qui fait souffrir plus de 9 millions de Français. Ici, on parle d’une inflammation douloureuse et invalidante au niveau de la membrane synoviale, pouvant être déclenchée par des traumatismes physiques (fracture, entorse…), des infections et une réponse immunitaire anormale, une montée de stress, des changements climatiques ou tout simplement l’usure naturelle des articulations.

En attaquant les tissus de l’articulation, l’arthrite, qui est une réaction auto-immune de l’organisme, peut endommager les cartilages, parfois les os, et même les tendons environnants. Elle se caractérise par une articulation chaude, enflée ou présentant une rougeur… Ces signes caractéristiques d’une inflammation sont souvent accompagnés d’autres symptômes systémiques comme la fièvre, la fatigue, la perte d’appétit.

Arthrite : une inflammation des articulations

Au fur et à mesure que la pathologie se développe, les victimes sont confrontées à des épisodes de poussées inflammatoires durant lesquelles les symptômes deviennent exacerbants : douleurs aigües durant la nuit pouvant s’accentuer considérablement en restant immobile, raideur articulaire au réveil, mobilité réduite, gonflement suite à une accumulation de liquide synovial, déformations articulaires permanentes.

Les formes d’arthrites les plus rencontrées ? La polyarthrite rhumatoïde affectant généralement les articulations des mains et des pieds. Il y a aussi la goutte qui résulte d’un niveau trop élevé d’acide urique dans le sang. Des cristaux d’urate de sodium se froment et se déposent à l’extrémité des membres ou au niveau des articulations des chevilles, genoux, poignets et coudes.

Nos conseils pour prévenir les douleurs articulaires

La sédentarité, considérée comme le mal du siècle, peut facilement être à l’origine des gênes articulaires. À force de rester dans une même position trop longtemps, nos articulations « se rouillent »  petit à petit. Le manque de mouvements rend les muscles raides et tendus, le liquide synovial n’est pas produit en quantité suffisante compromettant la santé des cartilages et celle des os.  

Bougez davantage pour « déverrouiller » vos articulations et soulager vos douleurs articulaires. Attention ! On ne parle pas non plus d’activités physiques ou sportives trop intenses qui peuvent provoquer un surmenage ou heurter les articulations. Plutôt de marche à pieds, de vélo, de natation et de yoga afin de lutter contre les inconforts articulaires. N’oubliez pas de bien vous échauffer pour préparer vos articulations à l’effort, puis de vous étirer après votre exercice pour maintenir leur flexibilité.

Comment éviter d’avoir mal aux articulations ?

Vous vous demandez si l’alimentation peut favoriser la santé de vos articulations ? Naturellement ! Un régime alimentaire sain et équilibré est essentiel pour le confort articulaire. Que faut-il manger ? En plus de bien vous hydrater tout au long de la journée, privilégiez :

  • les oméga-3 protecteurs qu’on retrouve dans les poissons gras (sardines, saumons…), les noix (cajou, amande…) et les graines (chia, citrouilles, lin…)
  • dans la même catégorie, les antioxydants et anti-inflammatoires : les baies, les légumes crucifères, le thé vert, certaines épices comme le gingembre, le curcuma et la cannelle.
  • les vitamines apportées par les fruits et légumes, particulièrement les plus riches en vitamine C comme les agrumes, le kiwi, le poivron ou encore le chou frisé…
  • le calcium présent dans les produits laitiers, le soja et ses dérivés, les graines de fenouil et de sésame, sans oublier les Championnes : les algues telles que la spiruline, la chlorella, le kombu, le wakame et la laitue de mer.  
  • les aliments brûle-graisses si vous êtes en surpoids : épinards, aubergines, brocolis…

Les aliments à éviter ? Gare aux fritures, aux viandes rouges, aux charcuteries ainsi que tout autre aliment transformé bourré de graisses saturées et de sucre ajouté ! Aussi, moins d’oméga-6 pour éviter une inflammation excessive préjudiciable pour les os, les cartilages et les autres structures articulaires.   

Par ailleurs, il y a aussi ces « petites astuces » et habitudes qu’on adopte pour prendre soin des articulations : faire le plein de vitamine D en s’exposant à la lumière du soleil, levez-vous de temps en temps pour vous étirer et briser la longue chaîne d’immobilité, avant de soulever quelque chose pensez d’abord à fléchir vos jambes et garder votre dos droit… ATTENTION ! Le tabagisme est aussi nocif pour vos articulations.

Pour vos articulations, pensez au curcuma  

Grâce à son principal composant actif : la curcumine, le curcuma devient un puissant antioxydant aux multiples vertus. Cette épice, très appréciée en médecine indienne, fait des merveilles en cuisine, mais également au niveau des articulations. Le curcuma est connu pour ses propriétés anti-inflammatoires optimisées lorsqu’il est associé à du poivre noir. En effet, la pipérine qu’il contient permet une meilleure absorption de la curcumine qui, une fois dans l’organisme, va participer à soulager les symptômes d’une articulation douloureuse.

Vous pouvez prendre du curcuma sous forme de complément alimentaire afin de réduire l’inflammation au niveau de vos articulations. Particulièrement bénéfique pour les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde ou d’arthrose, le curcuma est très efficace quand vos genoux vous font souffrir. D’ailleurs, selon des études préliminaires, il pourrait avoir des effets potentiellement protecteurs sur le cartilage.

Références :

  1. Breivik H., Collett B., Ventafridda V., Cohen R., Gallacher D. Survey of chronic pain in Europe: prevalence, impact on daily life, and treatment. Eur J Pain. 2006;10:287–333
  2. King S., Chambers C.T., Huguet A. The epidemiology of chronic pain in children and adolescents revisited: a systematic review. Pain. 2011;152:2729–2738
  3. Larsson C., Hansson E.E., Sundquist K., Jakobsson U. Chronic pain in older adults: prevalence, incidence, and risk factors. Scand J Rheumatol. 2017;46:317–325
  4. Qi-Ping D., Min-Lei Q., Ping S., Dong H. Clinical observation on treatment of 60 cases of osteoarthritis of knee joint by electroacupuncture. J. Acupunct. Tuina Sci. 2003;1:38–40. doi: 10.1007/BF02874745
  5. Roos H., Adalberth T., Dahlberg L., Lohmander L.S. Osteoarthritis of the knee after injury to the anterior cruciate ligament or meniscus: The influence of time and age. Osteoarthr. Cartil. 1995;3:261–267. doi: 10.1016/S1063-4584(05)80017-2
  6. Sellam J., Berenbaum F. Is osteoarthritis a metabolic disease? Jt. Bone Spine. 2013;80:568–573. doi: 10.1016/j.jbspin.2013.09.007
  7. oivanen A.T., Heliövaara M., Impivaara O., Arokoski J.P.A., Knekt P., Lauren H., Kröger H. Obesity, physically demanding work and traumatic knee injury are major risk factors for knee osteoarthritis—A population-based study with a follow-up of 22 years. Rheumatology. 2009;49:308–314. doi: 10.1093/rheumatology/kep388
  8. Goh SL, Persson MSM, Stocks J, Hou Y, Lin J, Hall MC, Doherty M, Zhang W. Efficacy and potential determinants of exercise therapy in knee and hip osteoarthritis: A systematic review and meta-analysis. Ann Phys Rehabil Med. 2019 Sep;62(5):356-365
  9. Madhu K, Chanda K, Saji MJ: Safety and efficacy of Curcuma longa extract in the treatment of painful knee osteoarthritis: A randomized placebo-controlled trial. Inflammopharmacology 2013;21:129–136
  10. Ramsey SD, Spencer AC, Topolski TD, Belza B, Patrick DL. Use of alternative therapies by older adults with osteoarthritis. Arthritis Rheum. 2001;45:222–227. doi: 10.1002/1529-0131(200106)45:3<222::AID-ART252>3.0.CO;2-N
  11. Curtis CL, Rees SG, Cramp J, Flannery CR, Hughes CE, Little CB, Williams R, Wilson C, Dent CM, Harwood JL, et al. Effects of n-3 fatty acids on cartilage metabolism. Proc Nutr Soc. 2002;61:381–389. doi: 10.1079/PNS2002174
  12. Chandran B, Goel A: A randomized, pilot study to assess the efficacy and safety of curcumin in patients with active rheumatoid arthritis. Phytother Res 2012;26:1719–1725
  13. Roddy E, Doherty M. Epidemiology of gout. Arthritis Res Ther. 2010;12(6):223
  14. John U., Hanke M., Meyer C., Völzke H., Baumeister S.E., Alte D. Tobacco smoking in relation to pain in a national general population survey. Prev Med. 2006;43:477–481.

Vous ne savez pas quels produits consommer pour atteindre vos objectifs santé ?
Découvrez le en moins d'une minute en réalisant votre diagnostic personalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *