Notre immunité a besoin de sommeil 

sommeil et système immunitaire

Vous ne savez pas quels produits consommer pour atteindre vos objectifs santé ?
Découvrez le en moins d'une minute en réalisant votre diagnostic personalisé.

Que savons-nous réellement sur le sommeil et pourquoi est-ce si important de dormir ? Alors que nous nous abandonnons paisiblement dans les bras de Morphée, la magie opère ! Notre corps se met en mode régénération, d’où l’expression : sommeil réparateur.

Chaque nuit, notre organisme entre en ébullition : les cellules se renouvellent en profondeur, le gras se transforme en muscles, les toxines sont éliminées, les tissus endommagés réparés et le film protecteur contre les agressions extérieures se reconstitue afin de renforcer la fonction barrière de notre peau. Tout à fait fascinant non ? Mais ce n’est pas tout, le sommeil c’est aussi la santé, voire même la vie ! Sûrement puisque le fait de bien dormir « réveille » notre système immunitaire. C’est durant ces heures précieuses que nos défenses disposent de conditions favorables pour se restaurer et se développer.

Si vous êtes aussi curieux que nous, et prêt(e)s à optimiser vos heures de sommeil, suivez le guide !

Comprendre la réponse immunitaire : Allô, le Cerveau ?  

Pour faire très simple, lorsqu’une menace est détectée, le cerveau envoie des signaux pour mobiliser les premiers bataillons de notre organisme vers la zone infectée afin de neutraliser les envahisseurs. Réciproquement, les macrophages et les lymphocytes, formant la « légion » de globules blancs, peuvent émettre des messages inflammatoires sous forme de cytokines en réponse à une infection. Le cerveau va détecter ces signaux de danger et coordonner efficacement les réponses immunitaires.

En réalité, qu’on soit malade ou en bonne santé, notre cerveau et nos cellules immunitaires restent intimement connectés. On parle d’une véritable communication à double sens, indispensable pour protéger notre organisme des agents pathogènes et guérir les maladies associées. Et vous savez quoi, le sommeil joue un rôle clé dans ce mécanisme de défense naturelle. Bien dormir permet au système immunitaire de se reconstituer et de renforcer l’efficacité des leucocytes alias globules blancs. Inversement, le manque de sommeil affaiblit la réponse immunitaire augmentant ainsi nos risques de contracter une maladie.  

Une chose est sûre, nous ne pouvons pas vivre sans dormir ! Se priver de sommeil pendant une période plus ou moins longue se répercute forcément sur les fonctions cognitives, comportementales et immunitaires. D’ailleurs, pas besoin d’être insomniaque pour constater que le manque de sommeil se paie cher, dégradant notre humeur, troublant notre appétit, sans compter la somnolence, le stress, la fatigue, les maux de tête, et le manque d’attention qui s’en suivent.

Le manque de sommeil favorise les infections

Lorsque nous dormons mal, ou pas suffisamment, nous sommes beaucoup plus sensibles aux microbes et vulnérables face aux infections qu’ils peuvent déclencher. Parmi les plus rencontrées, il y a les virus et les infections virales comme le rhume et la grippe ; les parasites et les infections parasitaires telles que le paludisme, la toxoplasmose ; puis les champignons et les infections fongiques à savoir la candidose buccale ou cutanée (surtout), et la mycose des ongles… 

Mais comment le sommeil contribue au bon fonctionnement du système immunitaire (SI)? Principalement régulé par le système nerveux central, c’est-à-dire le cerveau et la moelle épinière, le sommeil entretient une relation étroite avec la réponse immunitaire. Pendant que nous dormons profondément, nos cellules immunitaires libèrent des protéines appelées cytokines. Certaines d’entre elles sont impliquées dans la promotion du sommeil, tandis que d’autres cytokines protectrices se multiplient en cas d’infection pour combattre les agents infectieux et moduler l’inflammation.

Ainsi, il n’est pas rare qu’on attrape un rhume ou une autre maladie courante le lendemain, ou quelques jours après une nuit blanche. C’est une façon pour notre système immunitaire de nous alerter qu’il a été plutôt malmené… À force d’enchaîner les nuits courtes, la dette de sommeil s’accumule et devient sérieusement difficile à éponger ! ATTENTION aux risques accrus de dépression, diabète de type 2, mauvais cholestérol (LDL), maladies cardiaques, d’hypertension, d’AVC, d’obésité…

Un sommeil de qualité muscle nos défenses immunitaires

S’accorder de bonnes nuits de sommeil est primordial non seulement pour garder la forme, mais également pour récupérer rapidement quand on tombe malade. Autant dire que le tiers de notre vie que nous passons à dormir « guérit » et garantit la qualité les deux autres durant lesquels nous sommes éveillés. Et comment ! Notre corps semble au repos, mais derrière cette apparence calme et sereine, le cerveau orchestre une symphonie de processus régénératifs, et le système immunitaire s’active pour nous « réparer » de l’intérieur.

D’ailleurs, n’avez-vous pas remarqué que quand on tombe malade, on ressent une forte envie de dormir ? Certainement, la somnolence est fréquente en partie en raison des substances hypnogènes qui sont libérées par les lymphocytes et les macrophages en réponse à une infection. Les cytokines favorisent une réaction inflammatoire locale pour combattre les microbes pathogènes, tout en agissant sur le système nerveux central afin d’augmenter naturellement la durée et la qualité du sommeil.

Les systèmes nerveux et immunitaire travaillent en tandem pour soutenir les processus de guérison. Toutefois, comme nous l’avons vu plus loin, les deux départements ne communiquent pas uniquement dans le cadre d’une infection ou d’une inflammation. Lorsqu’on dort, notre cerveau et nos cellules immunitaires les plus importantes se mobilisent pour nous garder en bonne santé.

Notre cerveau ne dort jamais !

Le cerveau, ce petit costaud est actif en permanence même durant notre sommeil. Parallèlement, son réseau de vaisseaux lymphatiques, étroitement lié au système immunitaire, est aussi beaucoup plus actif quand on dort. Schématiquement, quand le cerveau passe par la phase du sommeil lent profond, bien que l’activité cérébrale ralentisse progressivement, les activités de nettoyage et de maintenance se mettent en marche. Le corps sécrète des hormones de croissance qui stimulent la régénération des tissus dont celles des os, des muscles et de la peau. Les toxines accumulées tout au long de la journée, ainsi que les déchets métaboliques du cerveau sont éliminés afin de préserver la santé et la fonction optimale du cerveau aussi bien durant l’éveil que le sommeil.

Le sommeil paradoxal, très convoité et très important, est une phase intense durant laquelle l’activité de notre cerveau est très proche de celle de l’état d’éveil. Il dure entre 15 et 20 minutes et c’est à ce moment-là que les rêves dont on se souvient surviennent. Et bien voyez-vous, si le sommeil paradoxal est d’une importance capitale pour le bien-être émotionnel et la mémoire, il est aussi crucial pour notre système immunitaire.

Les sentinelles de notre système immunitaire au chevet des infections

C’est durant la phase du sommeil paradoxal que notre système immunitaire est le plus actif. En effet, pendant que nous dormons d’un sommeil de plomb, les lymphocytes T patrouillent dans tout le corps pour surveiller en permanence les microorganismes qui habitent notre corps et de ceux qui rôdent tout autour. Ces maillons forts du système immunitaire (SI) ont pour mission de détecter les antigènes puis de participer à la réponse immunitaire locale afin de les neutraliser. Il peut s’agir de bactéries, de virus ou de champignons potentiellement pathogènes, de parasites, de cellules cancéreuses ou encore d’autres substances comme des toxines, des protéines et des polysaccharides reconnus comme anormaux, étrangers à l’organisme et dangereux.

Lorsque nos sentinelles repèrent une menace microbienne ou inflammatoire, elles sont mobilisées pour éliminer l’infection. Une fois sur place, les lymphocytes T déclenchent une réponse immunitaire, soit en se multipliant pour combattre les envahisseurs, ou en activant d’autres cellules immunitaires, les lymphocytes B, afin de renforcer la défense immunitaire.

Les lymphocytes B sont comme des « snipers du SI » produisant des anticorps spécifiques appelés immunoglobulines capables de cibler de manière extrêmement précise le microorganisme indésirable. Ces protéines peu ordinaires jouent un rôle fondamental dans la défense de l’organisme, car elles peuvent reconnaître et de supprimer des antigènes particuliers. Cette capacité développée par nos cellules B est essentielle pour permettre au système immunitaire de répondre plus rapidement et efficacement face à de nouvelles attaques orchestrées par le même agent pathogène.    

N’oubliez pas, pour fonctionner normalement et être plus fort, le système immunitaire a besoin de sommeil. Si vous dormez bien, vous favorisez l’efficacité des cellules T tout en influençant la fonction des lymphocytes B. À ce sujet, plusieurs études ont établi qu’ « Un sommeil adéquat après la vaccination renforce la production d’anticorps et de lymphocytes T antigéniques. »

Le magnésium corrige le manque de sommeil 

Vous ruminez ? Manquez de sommeil ? Vous avez de sérieuses difficultés à vous endormir ? Vous souffrez d’insomnies régulières ? CE N’EST PAS BON !

Tout comme la respiration et la digestion, le sommeil constitue une fonction vitale pour l’organisme. En-dehors des petits et gros dormeurs, le corps a en moyenne besoin de 7 à 8 h 30 de sommeil par jour pour bien récupérer. Dormir moins de 6h par nuit nous met en réel danger. D’ailleurs, vous n’êtes pas sans savoir que chaque heure de sommeil manquée doit être rattrapée au risque de ne plus pouvoir effacer vos dettes de sommeil.  

Pour vous aider à purger ces dettes, ne faites plus l’impasse sur le magnésium. Grâce à ses effets relaxants sur le système nerveux, ce minéral essentiel vous aidera à mieux dormir et à bien récupérer. Comme l’organisme est incapable d’en produire, vous pouvez privilégier une alimentation riche en magnésium (Cacao, graine de chia, épinards, lait d’amande…), ou choisir du magnésium en complément alimentaire pour améliorer la qualité de votre sommeil. Étiez-vous au courant que le magnésium contribue à réguler la production de cortisol ? Cette hormone associée à la réponse au stress peut inhiber la production de cytokines par les cellules immunitaires.

Afin soutenir votre santé physique et vous permette de faire face au stress qui vous empêche aussi de dormir, Vegalia a choisi ce qu’il y a de meilleur pour vous. Du bon magnésium hautement disponible qui ne provoque pas de troubles digestifs. Du magnésium 100% vegan et sans gluten, associant dans une seule et même formule les deux transporteurs de magnésium les plus recommandés : le bisglycinate et le malate pour une efficacité optimale. Des gélules de magnésium associées à de la vitamine B6, de la taurine et de la vitamine C, l’allié de votre immunité.

Références

  1. Asif N, Iqbal R, and Nazir CF. Human immune system during sleep. Am J Clin Exp Immunol. 2017; 6(6): 92–96.
  2. Ganz F. D. (2012). Sleep and immune function. Critical care nurse, 32(2), e19–e25
  3. Majde JA, Krueger JM. Links between the innate immune system and sleep. J Allergy Clin Immunol. 2005;116:1188–1198
  4. Krueger JM. The role of cytokines in sleep regulation. Curr Pharm Des. 2008;14:3408–16
  5. Hattori N. Expression, regulation and biological actions of growth hormone (GH) and ghrelin in the immune system. Growth Horm IGF Res. 2009;19:187–197
  6. National Institute of Neurological Disorders and Strokes (NINDS). (2019, August 13). Brain basics: Understanding Sleep., Retrieved November 13, 2020, from
  7. Ottaway CA, Husband AJ. Central nervous system influences on lymphocyte migration. Brain Behav Immun. 1992;6:97–116
  8. Besedovsky HO, del Rey A. Immune-neuro-endocrine interactions: facts and hypotheses. Endocr Rev. 1996;17:64–102
  9. Besedovsky, L., Lange, T., & Haack, M. (2019). The sleep-immune crosstalk in health and disease. Physiological Reviews, 99(3), 1325–1380
  10. Kecklund G, Axelsson J. Health consequences of shift work and insufficient sleep. BMJ. 2016;355:i5210. Published 2016 Nov 1. doi:10.1136/bmj.i5210
  11. Prather AA, Pressman SD, Miller GE, Cohen S. Temporal Links Between Self-Reported Sleep and Antibody Responses to the Influenza Vaccine. Int J Behav Med. 2021;28(1):151-158. doi:10.1007/s12529-020-09879-4
  12. Kim TW, Jeong JH, Hong SC. The impact of sleep and circadian disturbance on hormones and metabolism. Int J Endocrinol. 2015;2015:591729. doi:10.1155/2015/591729
  13. Zimmermann, P., & Curtis, N. (2019). Factors that influence the immune response to vaccination. Clinical Microbiology Reviews, 32(2), e00084-18
  14. Baker GHB, Byrom NA, Irani MS, Brewerton DA, Hobbs JR, Wood RJ, Nagvekar NM. March 10). Stress, cortisol, and lymphocyte subpopulations. Lancet. 1984;10:574
  15. Arab, A., Rafie, N., Amani, R., & Shirani, F. (2023). The role of magnesium in sleep health: A systematic review of available literature. Biological Trace Element Research, 201(1), 121–128

Vous ne savez pas quels produits consommer pour atteindre vos objectifs santé ?
Découvrez le en moins d'une minute en réalisant votre diagnostic personalisé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *